Home CNPHG

Présentation CNPHG , 13 juin 2010.

 

 

Le CNPHG est né en 1998 de la fusion de deux collèges  :


1 - le Collège des Anatomo-Cyto-Pathologistes d'Ile de France (créé par le Dr Colette  MARSAN en 1980)

2 - et du Collège National des Anatomo-Cyto-Pathologistes (crée par Denis Laedlein-Greilsammer en 1991) (voir historique)

3 - Le CNPHG en quelques chiffres :

- 73 services de Pathologie (chiffres 2011)

- 163 pathologistes (chiffres 2011)

- Soit environ 10 % de l’ensemble des pathologistes.


Les points forts des services de Pathologie des CHG sont dus à leur activité et à leurs missions.

 

I - Activité, rôle et missions des services d’ACP des CHG :


A –  Activité diagnostic :

Les Services de Pathologie des CHG ont une forte activité et un mode d'exercice généraliste qui concerne de nombreux domaines :

1  -  En particulier en cancérologie

2   -  Fœtopathologie

3   -  Pathologie d’organe :

a - Gastro-entérologie

b - Pneumologie

c - Urologie

d - ORL

e - Gynécologie

f - Dermatologie


B –  Activité de dépistage des cancers :

-  Cytologie cervico-vaginale

-  Cytologie des séreuses

-  Cytologie et aspiration bronchique

-  Ponction d’organes

C – Epidémiologie

De nombreux services de Pathologie ont une activité d'épidémiologie en relation avec les CRISAP régionaux.

D – Recherche clinique

L'importance des cohortes de patients pris en charge en CHG permet la participation de nombreux services de Pathologie à des protocoles de recherches cliniques par l'intermédiaires d'ARC.


II – Le maillage territorial :

Les CHG réalisent le meilleur maillage sanitaire au niveau du territoire (supérieur à celui des CHU, des CLCC).

La FHF (en particulier la FNCHP) a bien compris l’importance des CHG dans le cadre de la mise en place du Plan Cancer et de la loi HPST.


III - Formation :

De nombreux CHG participent à la formation :

- Des internes DES, des DFMS et DFMSA

- Formation des techniciens.

Les CHG sont de plus en plus sollicités pour la formation de nouveaux internes DES. C'est une nécessité bien comprise par la DRASS et une demande des internes.


IV – Particularités des services de Pathologie des CHG

Les Pathologistes des CHG ont un mode d'exercice qui se rapproche du secteur libéral en raison du caractère varié de leur activité et son importance en nombre d'actes.

Nous avons par ailleurs une mission de service publique, d'enseignement, de recherche et de santé publique qui nous rapproche des CHU, sans avoir la valence universitaire.

Les nouvelles réformes du secteur hospitalier (nouvelle gouvernance, tarification à l'activité...) rendent l'exercice en hôpital général de plus en plus difficile.

Les difficultés que rencontre notre discipline sont également un élément important de notre fragilité actuelle qui est due à la fois à une reconnaissance insuffisante de notre rôle majeur dans le système de soins et à un manque de valorisation de nos actes. 

Tous ces éléments justifient l’existence et l’indépendance de notre Collège qui a pour mission :

- de soutenir notre mode d’exercice,

- d'avoir une représentation auprès de nos instances professionnelles et institutionnelles.

Avec la loi HPST les services d'ACP  des CH ont des raisons de croire en leur avenir :

- l'un des principaux atouts est l'importance du maillage territorial (sup au CHU),

- la bonne intégration dans les filières de soins (point important pour les ARS),

- des plateaux techniques de qualité,

- les compétences des pathologistes de terrain,

- l'attractivité du mode d'exercice.

Le CNPHG a pour volonté de participer activement à cette mutation de notre discipline et d'être des acteurs à part entière des systèmes de soin territoriaux.

Dr Joël CUCHEROUSSET

Président du CNPHG.